La recherche à finalité opérationnelle, un engagement dans la proximité

Les différents travaux réalisés à l’UTT et à l’ENSOSP ? dans le domaine de la gestion des risques et des crises s’inscrivent dans une perspective de recherche à finalité opérationnelle. Cette démarche favorise les interactions entre praticiens, chercheurs et industriels/entreprises. Elle permet ainsi une meilleure compréhension du problème, et contribue ainsi à la résolution du problème social étudié. La recherche est un moyen d’action sur les organisations, elle propose des outils et concepts afin de répondre aux défis de société que doivent surmonter ces structures.

Un exemple: Le projet Ruralité Proximité Mobilité

Le projet de recherche Ruralité Proximité Mobilité sur la préparation des élus ruraux face aux situations de crise met en avant l’engagement des chercheurs dans la proximité. Ceci dans l’objectif à la fois de faire progresser la connaissance scientifique mais aussi de contribuer à améliorer les processus et outils directement utiles dans les territoires (Par exemple la création d’un module d’apprentissage numérique à destination des élus sur la préparation face aux situations de crise).

http://creidd.utt.fr/fr/projets/rpm.html


Les axes de recherche action

Planification et Préparation

La préparation de tous les acteurs aux situations de crise.

- Comment intégrer les citoyens et organisations aux cultures et aux modes de fonctionnement hétérogènes dans la préparation face aux situations de crise ?
- Quels dispositifs à mettre en place pour susciter l’adhésion et la participation de l’ensemble des acteurs aux activités de préparation ?
- Les retours d’expériences, dans leurs dimensions participatives et collaboratives peuvent-ils constituer des outils permettant une mémoire et une histoire des situations de crise ?
- Y a-t-il une spécificité des crises des campagnes ou des villes ? Est-ce que la singularité du territoire rurale suffit-elle à définir une approche spécifique de la préparation aux situations de crise ?

La planification et la coordination inter organisationnelle dans la gestion des crises.

- Comment intégrer le management stratégique des situations de crise dans les organisations ?
- Quel cadre définir afin de disposer d’une représentation opérationnelle partagée lors d’une situation de crise ?
Quel positionnement des acteurs de la gestion de crise dans l’appui et l’aide à la décision pour le directeur des opérations de secours ?

Appui à la prise de décision.

L’aide à la prise de décision.

- Comment optimiser l’environnement décisionnel des cellules de crise ?
- Comment prendre en compte les limites des outils d’aide à la décision pour la gestion des situations de crise ?
- La réflexion sur l’éthique peut-elle constituer une protection pour le décideur ?

Les technologies de l’information et des communications au service du management stratégique des situations de crise.

- Quels usages et quelle gouvernance pour le management stratégique des situations de crise dans les territoires « intelligents » ?
- Comment intégrer les mutations sociotechniques (Big Data, objets connectées, voitures autonomes…) dans la gestion des crises ?
- Face à l’utilisation massive des technologies numériques quelle résilience organisationnelle en cas de panne ? Comment maintenir une « rusticité » des dispositifs de gestion des crises ?

La dimension juridique de la gestion des crises.

Bien que les situations de crise induisent des états d’exception juridiques, les phases qui les précèdent et qui les suivent soulèvent des interrogations en terme de droit. Dans un monde qui se judiciarise et qui n’accepte plus les fatalités d’une société du risque, les acteurs publics et privés doivent prendre en compte cette dimension dans leurs actions de gestion de crise. Ainsi, dans les grandes entreprises des « task force » juridique apparaissent et viennent appuyer de leur expertise les cellules de crise.

Plusieurs interrogations apparaissent alors pour les décideurs et ouvrent des pistes de recherche.

- Face aux situations de crise, comment réguler les écarts de temporalité qui existent entre le temps de la prévention et de l’organisation, le temps de l’évènement, le temps médiatique et le temps judiciaire ?

- Comment prévenir les risques juridiques associés aux situations de crise ?

- Quel encadrement juridique pour les espaces ouverts3, comme par exemple ceux concernant l’auto-engagement des acteurs ou des services ?

- Comment intégrer juridiquement les acteurs émergents dans les dispositifs de gestion de crise ?

- Existe-t-il un droit à la sécurité ? Existe-t-il un droit au secours ?





 




Nous contacter : chaire.gestiondescrises@utt.fr

Suivez-nous sur Linkedin